L’émotion du papillon

L’émotion du papillon

J’ai lu quelque part que les changements environnementaux sont extrêmement rapides à l’échelle de l’humanité, mais très lents à l’échelle de chaque individu.

La Terre a 4,5 milliards d’années et l’humain, 7 millions d’années. Mais la pollution et la crise de l’environnement ne sont des problèmes majeurs et globaux que depuis quelques dizaines d’années (en particulier depuis l’utilisation massive des énergies fossiles). D’un autre côté, nous percevons notre vie comme un long fleuve (je n’irais pas jusqu’à dire « tranquille »). Nous nous souvenons peu de notre environnement tel qu’il était il y a 10 ans, 20 ans ou plus.

… Et donc cet article m’avait interpelée avec cette question : vous souvenez-vous de la quantité de papillons qu’il y avait autour des fleurs, quand vous étiez enfant ? C’est en prenant conscience de ce qui n’était qu’un détail que je me suis rendue compte à quel point notre environnement, qui est maintenant celui de mes enfants, avait changé.

Quelle planète pour nos enfants ?

Or passée l’émotion du papillon, lorsque nous regardons les chiffres, nous prenons conscience de l’ordre de grandeur de ces changements. Voici 7 chiffres sur ce qui est indispensable à notre vie (eau, air, sols, biodiversité) qui me donnent envie de faire bouger les lignes.

Au sujet de l’eau : 1,4 milliards de personnes vivent en pénurie d’eau et 3,4 millions de personnes décèdent chaque année de la pollution aquatique (OMS).

Et l’air que l’on respire ? Avez-vous entendu cette histoire d’air pur vendu en bouteille en Chine ? Plus près de nous : la pollution de l’air tue 48000 personnes par an en France tandis que 52% des émissions de gaz à effet de serre sont imputées à la consommation.

Et les sols, alors ? On dit qu’ils s’appauvrissent, s’érodent, se polluent durablement. Nous avons entendu parler cette année de l’Overshootday : nous avons consommé la totalité des ressources disponibles que la planète peu renouveler en un an… dès le 8 août (2016).

Il reste le vivant, les plantes, les animaux… Nous assistons à la 6ème extinction de masse des espèces. Elle est due à l’être humain.

Ouh là… Peut-on y faire quelque chose ?

Et demain ? Nos enfants auront 40 ans (d’ici 2050) et nous serons plus de 9 milliards d’être humains sur la planète… Pas très réjouissant ! Mais la bonne nouvelle, c’est que nous pouvons agir ! Et les moyens sont nombreux :

  •  Soigner : protéger les abeilles, les forêts, les ours polaires, les arbres…
  •  Corriger le tir : gaspiller moins, consommer plus sobrement

Là il s’agit essentiellement d’agir sur la nature.

Mais l’être humain fait aussi partie de la nature ! Et si on prenait soin de lui, pour qu’à son tour il puisse prendre soin de son environnement ? Cela rejoint d’ailleurs la définition de l’écologie (ici) : science ayant pour objet les relations des êtres vivants avec leur environnement, ainsi qu’avec les autres êtres vivants.

Un changement culturel prend au moins une génération à passer totalement dans les faits… Il est grand temps de préparer nos enfants !

De les éduquer à l’environnement… avant que ce ne soit eux qui nous éduquent !

(Education à l’environnement, la suite par ici)

Leave a Reply

Your email address will not be published.